Nous connaître
W3.CSS

Nos partenaires

Nos partenaires

Mohamed Ahmed-Chamanga
Après des études secondaires (interne au collège de Mutsamudu), Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, se rend à Madagascar puis en France où il entreprend des études en linguistique. Il propose en 1976 une méthode de transcription du shikomori, commençant à rédiger des articles sur cette langue bantoue. Plus tard, il soutient une thèse intitulée « Le Shindzuani (Comores) : Phonologie, morphologie, lexique » (1991).
Homme de culture et chercheur confirmé, Mohamed Ahmed-Chamanga a rédigé de nombreux ouvrages et articles sur le shikomori et a transcrit plusieurs contes comoriens, tout en participant à des colloques internationaux; c'est aujourd'hui un spécialiste reconnu de la langue comorienne qu'il enseigne en France à l'Institut national des langues et civilisations orientales où il est chargé de cours, tout en maintenant une étroite collaboration avec le « Centre national de documentation et de recherche scientifique » (CNDRS, Moroni et Ouani), auprès duquel il est chercheur associé. Depuis la création de l'Université des Comores, Mohamed Ahmed-Chamanga se rend régulièrement dans son pays natal pour donner des cours dans cette institution nouvelle.
source wiki
Les Éditions Coelacanthe
Les éditions Coelacanthe sont une des activités de l'association Coelacanthe créée en 2000 pour promouvoir la culture comorienne et africaine en France.
Les éditions avaient pour objectif, à l’origine, de publier une revue d’histoire spécialisée sur les Comores et les pays de l'Océan Indien : Tarehi. Revue d'histoire et d'archéologie. Celle-ci est toujours produite par les Éditions Coelacanthe.

En 2010, les éditions Coelacanthe ont décidé d’élargir le champ de leurs publications : ouvrages d’histoire, essais, romans, nouvelles, théâtre, poésie… tout peut nous intéresser dès que cela touche aux quatre îles des Comores, à l’Afrique et au monde noir.
source editions-coelacanthe.com
Attoumane EZALDINE
Attoumane EZALDINE est un sociolinguiste né le 12 janvier 1979 à Siry Ziroudani, Moheli, Comores. Grand fanatique des langues, il a fait ses études de Langue et Littérature Française au Maroc, et obtient son Master en 2006 à l’université Cadi Ayyad.
Déterminé à approfondir son apprentissage en langue, il décroche sont DEA en Sciences du Langage à la Faculté des lettres, en 2014, à l'université d'Antananarivo (Ankatsou) Madagascar.

Au passage son amour pour la langue s'accroit et rencontre la poésie. Ce qui lui fait remporter en 2003 le premier prix de poésie, concours organisé par la confédération des étudiants et stagiaires africains au Maroc. Son ascension continue jusqu'à Perpignan en 2005, où il gagne le premier prix de poésie du concours jeune poète francophone sous le thème "La poésie dans les jardins francophones".

Très investit, il décide de transmettre son savoir et devient professeur de français, en 2007. Il exerçait dans les collèges, lycées et institut privé jusqu' en fin 2016
Actuellement il continue a publier des articles pertinents dans Habarizakomori.com comme :
- Le shiMwali comme noyau de boucle de communication du shiKomori.
- La situation sociolinguistique comorienne : les représentations de l’arabe.
- Une vitalité douteuse du shiKomori
- Du shiNgazidja défiguré peu à peu par le morphème "Bo"
- De la République à l’Union des Comores.


Ibrahim Abdou MOHAMED EL MAHAD
Ibrahim Abdou MOHAMED EL MAHAD, est un écrivain né le 05 février 1989 à Iconi, aux Comores.
Très intéressé par les sciences, il est titulaire d'une licence en physique, d'une Maîtrise en Chimie Organique, d'un Master 2 en chimie des Substances Naturelles et actuellement doctorant en chimie des substances naturelles à l'université d'Antananarivo.

Son parcours professionnel très diversifié se compose notamment de poste d'enseignant au lycée, en tant que professeur en physique chimie.

Toute fois notre chimiste est passionné aussi par la littérature et les langues. Et en parallèle à ces études, il publie "Roho itangao" en 2014, le premier recueil de poèmes écrit en shiKomori.





Nous connaître